Séjour dans le GuangXi

Publié le par Gaspard

Samedi 29 septembre

 

1.jpg

    C’est le jour du départ. Les bagages sont prêts, une valise et un petit sac, voila de quoi voyager léger, impec. Je m’inquiète un peu quand même, car on doit passer chez les parents de Coco chercher une ou deux bricoles à amener dans la famille dans le GuangXi. Effectivement, les deux bricoles sont 4 cartons de bouffe (fruits ou autres, parce que c’est meilleurs ici…), 2 sacs de trucs divers, et la belle mère elle-même, qui finalement vient avec nous, youpi youpi.


   Notre fine équipe prend donc le bus en fin d’après-midi. On s’installe dans nos couchettes, finalement assez confortables, et c’est parti pour 16h de route. Heureusement, on ne s’ennuie pas dans le bus, puisque nous pouvons profiter du traditionnel DVD de Karaoke chinois qui accompagne tout voyage en bus digne de ce nom. Un petit arret pipi de temps en temps, un petit arret au stand pour se restaurer (et comme la belle mere connais le chauffeur, on evite la cantine normale pour aller manger avec eux, merci belle maman !). Et puis Dodo.

 

 

Dimanche 30 Septembre

 

    Le matin nous voila rendu. Nous retrouvons des amis de la famille, un jeune couple super sympa, qui nous emmène goûter ce qui a fait saliver Coco pendant tout le trajet : Les nouilles locales, faites maison et franchement délicieuses.

Puis on reprend le bus, direction le « village » où vit la grand-mère de Coco.

Je mets des guillemets à « village » puisque c’est comme ça que coco m’en parle. En réalité, c’est une bonne petite ville avec une artère commerciale digne de Beijing Lu à Guangzhou !



    Finalement, nous voila chez la grand-mère, qui vit avec une de ses filles dans une petite bicoque. Ca faisait une bonne dizaine d’année que Coco ne l’avait pas vue. On s’installe, on grignote. Elle est très sympa, et sous ses airs sérieux, elle ne peux s’empêcher de pouffer quand Coco sort de bonnes vieilles boutades sans mâcher ses mots.

 

Puis sonnent les 17 coups de 17 heures et nous voila au restau avec toute une foule composée des oncles et tantes, des amis de la famille et tout ça. Gambei et nourriture à foison, de quoi sortir bien plein, surtout qu’ils descendent la bière nettement mieux qu’à Canton, les bougres.

Je passe le repas à coté de l’oncle de Coco, que je trouve extrêmement sympa. Très simple, un peu bourru. Contrairement aux autres convives, il évite les sourires et les courbettes superflues, il ne m’offre pas de cigarette quand j’en ai déjà deux dans la main et 4 sur les oreilles, mais il jette toujours un œil pour s’assurer que tout se passe bien pour moi, et me ressert si mon verre est vide.





    J’ai appris par la suite qu’il n’était pas si net que ça et avait déjà fais quelques séjours chez les fous. Ca m’a scié, parce que de toute la bande, c’est avec lui que j’avais le plus d’affinité. Ceci dit je l’apprécie toujours autant.

    Bref, on retourne à l’hôtel (en fasse de chez la mémé) plein à craquer, puis on ressort en douce pour éviter les blablas de la belle mère. On se retrouve dans une sorte de bar, dans une pièce un peu hallucinante, avec des hiéroglyphes au mur et une table de Mah Jong, ou on rattaque la bière. Puis le patron souhaite nous offrir le thé. Sympa. On accepte. Il nous ramène une soupière et plein de petites assiettes de cacahouetes, coriandre etc. La soupière, c’est le thé. Ici, il font du thé aux oignons (ah ! surprise !!). En tout cas, c’est pas mauvais et même après un repas trop chargé, ça se laisse boire. Le retour à l’hôtel est flou…



5.jpg

 Le thé au oignons, c'est bon, c'est fin, ca se mange sans faim

 

 
Lundi 1er Octobre

 

L’avenir appartenant à ceux qui ont levé tôt, nous attaquons dès huit heure par un bon bol de nouille (ce n’est que le deuxième depuis que nous sommes arrivés), pour se remettre des dîners de la veille.



    Et puis nous roulons dans la campagne, très jolie d’ailleurs, et assez montagneuse, pour rejoindre une rivière et prendre le bateau. C’est parti pour une ballade entre les falaises, vraiment magnifique. Ce sont des paysages que je pense typiquement chinois, et franchement éblouissants.

7.jpg


   






















    Finalement, on arrive à un tout petit village, avec des maisons en bois, accueillis par quelques fillettes en habit traditionnel, chantant et dansant. 





    Ok, c’est fait pour les touristes mais bon. Il y a aussi quelques singes en cage, les mêmes que ceux qui peuplaient librement les montagnes quelques années auparavant, lors de la der
nière visite de Coco.

 


























    Une fois le bateau rentré, on entame une petite ballade sur un chemin à flanc de falaise. La rambarde n’est pas ce qu’il y a de plus rassurant, mais bon. On fait une rencontre en chemin, un serpent vert pomme, dans le fourré juste à coté de nous. Il détale sur le champ, mais il n’est pas le seul à avoir un shot d’adrénaline, surtout qu’apparemment, il valait mieux ne pas se faire mordre.

 


























    Au retour, pour se remettre de ces émotions, si on mangeait des nouilles ? ? ? Au mouton cette fois-ci, dans un gourbi pas possible. Sale, mais qu’est-ce que c’est bon !

 



Mardi 2 Octobre

 17.jpg

    De retour chez la grand mere, pour les aurevoirs. On fait une photo ( vous remarquerez qu'elle à cacher le tableau avec le rideau, quand meme! ), un bisou d’au revoir à la grand mère, on charge les 2 cartons restants, et on retourne dans la ville ou nous étions arrivé en bus.

    De la, on retrouve les personnes qui nous avaient accueillis, ainsi qu’un couple d’amis de belle maman. On part en camionnette. Je ne sais toujours pas où on va, mais bon, je fais confiance. On commence part visiter en 2mn un petit espace avec des bâtiments traditionnels, assez joli, mais surtout un balançoire. Il aura fallu a peu prêt 5s à Coco pour sauter dessus !

 

























    Bref, on continue la ballade et arrivons vers une rivière, un coin super joli encore une fois, où notre complot commence : comment va-t-on faire pour se débarrasser de belle-maman et pouvoir revenir se baigner un peu plus tard…

22.jpg


















    Puis
nous reprenons la voiture pour aller au restau. J’ai un peu peur que les amis cherchent a nous inviter dans un restaurant qu’il pensent bien classe alors que nous ne rêvons que de barbecue au bord de la rivière.




























   Et bien non, finalement, tout se goupille à merveille puisqu’on se retrouve dans un coin tout paumé. Un chemin descend à la rivière. On croise des petites vielles vendant du poisson frit ma foi bien bon, puis on prend un petit bateau qui nous fait traverser et arriver au restau (au fond sur la photo ci-dessus). Super genial ! le coin est magnifique, on mange très bien, notamment du canard et des poissons péchés juste avant, dans la rivière.


    Et puis nous avons une visite innattendue : celle d'un phasme, qui est tombé de l'arbre au dessus de nous. C'est la premiere fois que j'en voyais un, en liberté, disons.




    L’ami de belle maman ayant des problemes de dos, on retourne en ville, puis, je ne sais pas bien comment, mais finalement Coco, la tante et le jeune couplent qui nous accompagnent arrivent à convaincre belle maman de faire la sieste pendant que l’on va faire un tour. Nickel, du coup nous filons à la riviere, enfilons les maillots, et hop ! A la baille !


    Qu’est-ce que ça fait du bien de nager au pied des rochers ! En plus en sortant de l’eau, la tante (extrêmement sympa, d’ailleurs) nous ramène du mais grillé et une brochette de petits oiseaux franchement délicieux. Je me demande encore comment elles font toujours pour trouver à manger au milieu de nulle part.


29.jpg

















    Le soir arrivant, on passe récupérer la vieil  belle maman, et on file dans un petit restau sous les arbres, super joli et agréable comme tout. On mange comme des rois, notamment une bonne gamelle de chien (délicieux, photo ci-dessus, à droite) et un plat de poisson sur un barbecue de table à tomber par terre (ce que j’ai bien du faire une fois ou deux vu la descente de bière). Faut dire que l’adversaire en avait une sacrée, de descente (ok, surtout son papa) :

 
 

 

    Détail marrant et délicat, les toilettes étant à perpette, nous avions repéré un petit coin, en haut d’un petit escalier, dans la nature, parfait pour se soulager. Apres quelques passages je me suis rendu compte qu’il y avait un couple d’amoureux à deux mètres de nous. Ce qui ne perturbait ni mon alcolyte, ni les amoureux.

 

 

Mercredi 3 Octobre

 

    Dernier jour. Rien de prévu sauf le bus à 14h. Je dors super mal, malgré la tarte de la veille, impossible de trouver un endroit confortable dans ce lit, nerveux, tout ça. C’est à cause du chien, j’en suis presque sur. Enfin. Quand le matin arrive, je dors enfin comme un bébé quand belle maman (comme tous les matins, d’ailleurs) vient toquer à la porte. « Chérie, ta mère me pete les couilles ».

    Je lâche une poignée de jurons, puis coco me dit qu’on est à la bourre, il est déjà 10h.

    Moi pas comprendre. C’est la seule journée où rien n’est prévu, je ne vois pas comment on peut être à la bourre. Ben non, belle maman a organisé la tournée des amis, à voir avant que l’on reparte. Coco était au courant, pas moi. Bouhouhou...

 

    Bon du coup on a fait le tour des copains, qui malgré tout étaient bien sympa, donc j'ai vite retrouvé le sourire. Et puis malheureument, les meilleures choses ont une fin (sauf la banane qui en a 2, comme ma tante d'ailleurs, qu'on appelle  mon oncle, du coup) alors on a repris le bus pour Canton, et pis ça y est !

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article

TRIVAGO-ArthurB 18/03/2008 01:33

Eh bien :) tous les ingrédients y sont...paysages à couper le souffle, bonne humeur générale...pour n'avoir qu'une envie...celle de visiter cette région...un peu réticent pour ma part, la restauration "gourbi" :)))Ce fut un agréable moment passé à vous lire...bienvenue chez nous pour nous parler de cette région ou nous la montrer sous d'autres angles :)Arthur

Jules 21/10/2007 07:37

Enorme les photos, ça donne envie d'aller dans le Guangxi tout ça... lol... ;-)